GABRIEL AUGUSTE
PARIS - FRANCE

photos by Marion Berrin for Long Way From Home

Taking a step back from the garage rock sound he was known for with Wall of Death, Gabriel Auguste explores now, on his own, some new fantasy landscapes. His ballads bring his different musical influences together, ranging from funk, soul music to British pop. And the whole atmosphere could be like a modern version of the Canterbury Sound.
He invited us inside his Parisian apartement located in the 20th arrondissement to talk about Paris, life on tour and his new musical adventure.

Version française plus bas.

// Where do you live ?

I split my time between my apartment, located near Alexandre Dumas, and Place d’Aligre, at my girlfriend’s. In my apartment I’ve got everything I need for making music, my home studio, my gear. It’s like an office and workspace where I also make my music videos, my paintings, everything. So it’s very very…packed.

// When did you move here ?

I moved here 6 years ago. The rent/size ratio is terrible in Paris. Here I’ve found a balance allowing me to make music for a living, to have enough space for all my stuff, and I’ve found a place with light, which is essential to me. I spend so much time in studio; light at home is fundamental. When I’m not on tour, I enjoy the sun, I chill, I read the news, and I start working quite early.

// What do you especially like about the district you live in ?

For me, most of the Parisian neighborhoods are impossible to live. Gentrification is at its height in Abbesses, in le Marais. They became like ornament-neighborhoods.
I like to go there as a “tourist” but I feel better in a less “postcard-ish” area.

// How do you like Paris at the moment ?

Paris is a great city, and for my work, it’s a necessary path, but sometimes I feel overwhelmed. I’m a country dweller, from the depths of Poitou (West France). And sometimes the city can be psychologically tough. When I get older, I’ll own a recording studio in Paris, and a couple of homes in the mountains, and on the Atlantic coast !

// How do you view the opportunities for making and recording music in Paris ?

Bars are an excellent meeting point for musicians ! I’ve been lucky to meet sound engineers, people working in studios… It offered me a lot of opportunities for recording, getting some equipment and being autonomous for most of the creation process.

// With your band Wall of Death, you’ve recorded your two albums in the US. Did the surroundings affect the recordings or all happened as planned ?

Nothing happened as planned ! But in this mishap, the best was to meet Johnny, sound engineer at Jazz Cat Studio where I did some recordings, who was living in a house in Newport Beach, filled with surfboards. The schedule was : waking up at 6am, surfing from 7 to 9 under the Californian winter sun, not even cold, nobody in the water except some pelicans. Then bad coffee and pancakes, and then recording from 10 to late… And so on, for 10 days…

// While on tour, do you manage some time to discover all of these places you’re in ?

I try my best. Discovering cities, nature along the road. Sometimes I take my boards with me when shows are close to the ocean. Or I wake up early to take a stroll, to buy some local wines, and to meet old people hanging around bars to see what they are talking about. We’ll be leaving soon on tour with my new project Gabriel Auguste, I look forward to it !

// What are your best and worst memories from tour ?

My favorite memory is a drive along the coast from Portland to San Francisco.
The worst is an arrival at the 106, a venue in Rouen, with the van on…a tow truck, very late and very expensive.

// Do you feel some sort of emptiness when you’re back home after touring ?

Yes. Very often the shock is strong, between the lack of privacy, the emotional ups and downs, you end up exhausted…

// What do you appreciate about Paris when you’re back ?

Coffee, newspapers and terrasse…

// What would you do if you have someone visiting you for 24h ?

It depends. If he’s new to the city, we’ll do a touristic marathon ! No, a good meal, and a tour of my favorite local bars and my friends’ shows !

// Where did you get all the objects and furniture that fill your home ?

Years of flea markets, second hand stores, travels… As you can see, I don’t throw anything. Layers of souvenirs. I think it reassures me…

// What do you like the most about your home ? What’s your favorite piece of furniture / room?

I love my living room, with my records collection, my old skateboars, old surfboards, some driftwood I take everywhere I go, my collections of poisons and other prohibited pharmaceutical products…

// What would be the 3 first things you’d save if you had to leave home quickly ?

My cello, a surfboard and a book for the road.

// Where do you think you’ll live in 10 years or so ? And if you could move somewhere else, where would it be ?

As I said, it would be in different places. A recording studio in Paris, houses by the sea, here or abroad… These days, I’m looking for a place in Paris to build a studio. I work a lot on my project Gabriel Auguste and I want to keep working in these optimal conditions : to be at home, at my own pace, I don’t need too much, a small basement with all my instruments, the whole thing that makes me feel home and where I could make music for years…

// When did you start working on Gabriel Auguste ?

I started slowly about 2 years ago but it sped up last year when I was working as sound engineer assistant in a recording studio. I’ve had time for me in an awesome studio (Pilule & Pigeon).
Working in such a place help a lot ! Leaving Wall of Death allowed me to work full time on Gabriel Auguste. A way to be in perfect harmony with what I want

// You played in different bands. How do you compare these experiences as playing solo now ?

I played in different bands and being solo is a special experience. Firstly, it’s a way to do everything, from A to Z, to take decisions, and decisions without consensus and arguing. It may sound fascist, but I think art is the only field in which you can be the only master and commander. I don’t say that with arrogance or megalomania, as I don’t pretend to be the best songwriter, musician or composer. But I’ve chosen to face up with the exercice to do everything by myself, even if it could have been better arranged or played in a studio with better technicians !
This said, I wasn’t all alone. In studio, I’ve worked with the help of Pierre Antoine, Adrien Soleman’s guitarist. Vocals, guitars and mixing have been done by Mathieu Daquin. Drums – because I don’t know how to play drums – has been played by Arnaud Biscay; flutes by Arnaud Sèche and violons by Arthur Simonini.
Live performances are also very important to me. Here again, I’m not on my own and the concept of “band” takes on its all meaning. Lucie Droga, who also plays in Moodoïd, plays keyboards / machines / synths. Baptiste Dimmers, ex-Post, plays bass. We see each other a lot to work and rearrange things for the live. We want to offer something full of life with a stage cohesion.

// You do everything by yourself (even you make your music videos). Can you explain your writing and video making process ?

I compose on guitar or on piano, and then I write lyrics on this music. Or sometimes I adapt “orphan” lyrics that I’ve already written. Then, quite fast, I arrange drums, I play keyboards, cello, bass, guitars, voices and chorus… It’s like a first draft ! Then I play the bass and drums parts in studio with a drummer, and finally I come home to record everything with this rhythmic part.
I make my own music videos because I am curious, an insatiable maker, and if I’m too comfortable, I get bored. I set myself a challenge doing things I don’t know, without preconception or technique, with the most childish naivety. I love that. Doing this is organic and clear to me. For a song, if images come to my mind, I make a video. If not, I give up. I don’t force myself to do something I don’t want to with this project. I do as I want, when I want, at my own pace. Recently, I made a video for Thos Henley (Pan European Recording) because I’ve found a story right away. Otherwise, I wouldn’t have worked on it.

// These songs are totally different from what you were doing before. Songs sang in French, influences from the UK 60’s psych scene to french pop. Can you talk about these influences ? What do you want to explore with this new project ?

Firstly, it all written in French, a language that i’ve never listened to that much in music. I listen a lot of “groovy” music, ‘too-slow’ Blaxploitation (Quincy Jones), some early funk, sensual and lustful (Roy Ayers, Curtis…), some jazz, everything from the Philly hip hop scene (Questlove, D’Angelo, The Roots…) and a lot a british pop (Robert Wyatt, Kevin Ayers). I probably mix all these things. Sometimes people say that my music reminds them Sebastien Tellier, Love, or soul music. But I don’t think too much about that actually.

// What’s the first song you wrote on this EP ?

The first song was « Papier d’Alu », in an English version. And “Pluie d’Eté” right after, then “Caterburied”.
I decided to record “Papier d’Alu” in French when I came back in studio to record the finale vocals for the EP.

__

Gabriel Auguste

// VERSION FRANCAISE //

// Où habites-tu ?
Je vis entre mon appartement qui est vers le métro Alexandre Dumas et la place d’Aligre (chez ma copine). Dans mon appart j’ai tout mon dispositif de home studio mon matériel de musique. C’est un de mes bureaux/atelier si on veut, j’y fais mes clip aussi, j’ai ma peinture, tout quoi, c’est très très…. plein.

// Quand y as-tu emménagé ?
J’ai emménagé rue de Bagnolet il y a 6 ans. Le ratio loyer/surface est dramatique à Paris. Ici, j’ai trouvé un équilibre qui me permettait de vivre de ma musique, d’avoir assez d’espace pour tout ça et j’ai trouvé un lieu avec de la lumière, ce qui est primordial pour moi. Je passe tellement de temps dans des espaces clos et fermés (studios) que la lumière chez moi est cruciale. Quand je ne suis pas en tournée, je profite du soleil tôt et je chill, lis la presse, et me mets au travail assez tôt.

// Qu’est-ce que tu apprécies particulièrement dans ton quartier ?
La plupart des quartiers parisiens sont invivables pour moi, la gentrification est a son apogée aux abbesses, dans le marais, c’est devenu des quartiers bibelots. j’aime y aller « en touriste » mais je suis bien dans un quartier moi « carte postale »

// Qu’est-ce que tu penses de Paris actuellement ?
Paris est une ville géniale et pour mon travail, c’est encore un passage obligé, mais je suis parfois sous l’eau. Je suis un campagnard, du fin fond du marais poitevin et je trouve la ville parfois violente (pas physiquement mais psychologiquement). Quand je serai grand, j’aurais un studio à Paris (d’enregistrement biensûr) et quelques propriétés dans la montagne et sur la façade atlantique… he he.

// Qu’est-ce que tu penses des opportunités pour faire de la musique à Paris ?
Les bars sont un excellent point de rencontre pour musicien (ha ha), j’ai la chance d’avoir rencontré des ingé sons, des studios, d’y avoir travaillé, d’y avoir pu enregistrer, j’ai eu la chance de m’équiper et d’être autonome pendant une grosse partie du processus de création

// Avec ton groupe Wall of Death, vous avez enregistré vos deux albums aux Etats Unis. Est-ce que l’environnement a joué sur les enregistrements, ou tout s’est passé comme vous l’aviez prévu ?
Rien ne s’est passé comme prévu (hé hé) mais dans tout cet imprévu, le top a été de tomber sur Johnny, l’ingé son de Jazz Cat Studio où j’ai enregistré, qui avait une maison à Newport Beach avec plein de planches. Donc le planning, c’était: réveil à 6 heures, session surf de 7h à 9h, avec le soleil du mois de décembre en Californie, même pas froid, personne à l’eau à part les pélicans, puis café dégueu et pancakes, puis enregistrement à 10h jusqu’à tard… ça pendant dix jours…

// En tournée, tu arrives à trouver le temps pour visiter tous les endroits où tu te trouves ?
C’est ce que j’essaie de faire au maximum, découvrir les villes, la nature sur la route. Il n’est pas rare que je charge mes planches de surf quand les dates sont dans l’ouest ou que je me lève tôt pour aller me balader, ramener un vin du coin ou voire si les vieux qui trainent dans les bistrot avec un blanc limé ont les même sujet de discussion que chez moi. On va repartir en tournée avec mon nouveau projet « Gabriel Auguste », il me tarde!

// Quel est ton meilleur souvenir de tournée ? et le pire ?
Mon souvenir préféré c’est un drive de Portland à San Francisco en longeant la côte.
Le pire, c’est une arrivée au 106 à Rouen avec le van posé sur…. une dépanneuse, très en retard et très hors budget.

// Ressens-tu une sorte de vide quand tu rentres chez toi après tout ce temps passé sur la route et les concerts ?
Oui, très souvent, le choc et puissant, entre la promiscuité, les ascenseurs émotionnels, et puis on arrive systématiquement épuisé…

// Qu’est-ce que tu apprécies à Paris à ton retour ?
Café, journal, terrasse…

// Qu’est-ce que tu ferais si tu avais quelqu’un qui viendrait te rendre visite pour 24h ?
Ca dépend, s’il connait pas déjà, je lui fais un marathon touristique… ah ah!, non, une bonne bouffe, et un tour de mes rade et des concert de groupes de potes!

// Où est-ce que tu as trouvé tous tes meubles et tous tes objets ?
Des années de brocantes, récup, chinage, voyages, je ne jette rien comme on peut voir, des strates de souvenirs, ça doit me rassurer…

// Qu’est-ce que tu préfères dans ton appartement ?
J’aime mon salon, avec mes collection de disques, de vieux skates, vieilles planches de surf, le bois flotté que je ramasse partout, mes collections de poisons et autre produits pharmaceutiques interdits…

// Quelles seraient les trois choses que tu emporterais avec toi si tu devais partir rapidement ?
Mon violoncelle, une planche de surf et un bouquin pour la route

// Tu te vois où dans une dizaine d’années ? Et si tu pouvais déménager n’importe où, tu irais où ?
Comme je disais, ce serait dans plusieurs endroits, studio à paris, maisons en bord de mer, ici ou à l’étranger… Je cherche un lieu à Paris pour faire un studio en ce moment, J’avance beaucoup sur Gabriel Auguste et je veux pouvoir continuer de produire dans des conditions optimales, être chez moi, à mon rythme, pas besoin de grand chose, une petite cave, tout mon bazar de musique, tout mon bazar pour me sentir chez moi et je pourrai y faire des disques pendant des années…

// Quand as-tu débuté à travailler sur Gabriel Auguste ? Tu en avais l’idée depuis longtemps ?
J’ai commencé à bosser sur Gabriel Auguste tranquillement il y a 2 ans mais ça s’est accéléré l’année dernière quand j’ai été assistant ingé son dans un studio d’enregistrement. J’ai eu du temps pour moi dans un studio super (Pilule & Pigeon), avec un outil pareil dans les mains, j’ai avancé très vite. La fin de Wall Of Death m’a permis de me mettre à plein temps sur « Gabriel Auguste », une façon d’être parfaitement en adéquation avec mes envies.

// Tu as joué dans différents groupes. Comment comparerais-tu ces expériences à celle d’être en solo ?
J’ai joué dans différents groupes et être en solo est une expérience particulière. D’abord, c’est le moyen de pouvoir tout faire de A à Z, de prendre des directions, et des décisions sans consensus ni discussion. Cela peut paraitre presque fasciste mais je trouve que l’art est le seul domaine où l’on peut s’autoriser à être seul maitre à bord. Je ne dis pas ça avec arrogance ou mégalomanie, je ne pense pas d’ailleurs être le meilleurs parolier, musicien ou compositeur mais j’ai choisi de me confronter à l’exercice de faire tout seul même si cela aurait pu être mieux arrangé ou joué en studio par de meilleurs techniciens!
Ceci dit, Je n’ai pas été totalement seul, car d’une part, en studio, j’ai été aidé par Pierre Antoine qui est guitariste avec « Adrien Soleman » d’abord et ensuite, les voix les guitares et le mix ont été faits par Mathieu Daquin. Les batteries, que je ne sais pas faire, ont été jouées par Arnaud Biscay, les flûtes par Arnaud Sèche et des violons par Arthur Simonini.
J’accorde aussi beaucoup d’importance au live. Là encore, je ne suis pas seul et la notion de groupe prend tout son sens. Lucie Droga, qui joue aussi dans Moodoïd, joue des claviers/machines/synthés dans le projet, Baptiste Dimmers qui jouait dans Post est à la basse dans Gabriel Auguste maintenant et nous nous voyons beaucoup, pour travailler, réarranger pour le live, proposer quelque chose de vivant avec une cohésion de scène.

// Tu fais tout toi-même (jusqu’à la réalisation de tes clips). Peux-tu expliquer ton processus de composition / écriture, et de réalisation ?
Est-ce que la composition de morceaux et la réalisation de clips sont liées (est-ce que tu as déjà des images en tête lorsque tu composes par ex) ?
Je compose à la guitare ou au piano, j’écris parfois après, sur l’instru, parfois, j’adapte des textes « orphelins » que j’ai déjà écrit. Ensuite, assez rapidement, je compose le reste, les batteries en programmant, je joue les claviers, du violoncelles, la basse, les guitares, les voix, les coeurs… je maquette quoi! Ensuite je fais un basse/batterie en live en studio avec un batteur et je rentre chez moi (ou pas) enregistrer le reste sur la partie rythmique.
Je fais les clips moi-même parce que je suis curieux, un peu boulimique de « Faire » et que si je ne me mets pas en danger, je m’ennuie. Je me lance à fond dans des choses que je ne connais pas, sans apriori ni technique, avec la naïveté la plus enfantine. J’adore ça. Je fais ça quand c’est organique et limpide pour moi, un morceau pour lequel je vois des images, je le clip, si je ne vois rien, je m’abstiens ! Je ne me force pour rien dans ce projet, je fais comme je veux, quand je veux, à mon rythme! J’ai clipé un morceau de Thos Henley pour Pan European Recording (à voir ici) parce que j’ai trouvé une histoire instantanément, sinon je ne l’aurais pas fait.

// Ces morceaux sont complètement différents de ce que tu faisais avant. Des titres en français, des influences qui vont de la scène psyché anglaise des 60’s à la pop française.
Peux-tu nous parler de ces influences justement, de ce que tu veux explorer avec ce nouveau projet.

Déjà c'est tout en français, dans une langue que je n’ai jamais beaucoup écouté en musique. J’écoute beaucoup de musique « groovy », de la blaxploitation bien lente (Quincy Jones), du early funk assez sensuel et lubrique (Roy Ayers, Curtis…), du jazz, tout le hip hop de Philly (Questlove, D'Angelo, The Roots…) et beaucoup de pop anglaise (Robert wyatt, Kevin Ayers). Je mixe tout ça sans doute. On me parle parfois de Sebastien Tellier quand on écoute, de soul, de Love… J’avoue que je ne réfléchis pas vraiment.

// Quel est le 1er titre que tu as écrit sur cet EP ?
Le premier titre, c’était "Papier d'Alu » en anglais au début, puis tout de suite "Pluie d’été" et « Canterburied », j’ai passé "Papier d’Alu" en français quand je suis revenu en studio faire des voix « def » pour l’EP.